Sous-catégories

Choisissez des catégories dans les listes déroulantes ci-dessous pour voir différentes répartitions des données. Certaines ne seront pas disponibles jusqu'à ce qu'un niveau supérieur soit choisi.

Télécharger toutes les données (CSV)

Télécharger le CSV source pour les désagrégations

Aucune donnée principale disponible

La section ci-dessous fournit une description de l’indicateur.

Nom de l'indicateur

Proportion d’organisation municipales qui ont pris en considération l’adaptation aux changements climatiques dans leur processus décisionnel

Nom de la cible

Pas de cible spécifique

Description de l'indicateur

Cet indicateur mesure la proportion d’organisation municipales qui ont pris en considération l’adaptation aux changements climatiques dans leur processus décisionnel.

À partir de 2018, l’adaptation aux changements climatiques est définit comme des changements aux processus, aux pratiques et aux structures visant à atténuer les dommages potentiels ou à tirer parti des occasions liées aux changements climatiques. Pour 2016, l’adaptation aux changements climatiques était définit comme anticiper et suivre les changements climatiques et prendre des mesures à l’égard de leurs conséquences.

Les changements climatiques s'entendent d'une modification à long terme dans les conditions météorologiques mesurées par les changements dans la température, les précipitations, les vents, l'enneigement et d'autres indicateurs. Ils peuvent comprendre à la fois les changements des conditions météorologiques moyennes ainsi que la variabilité, y compris, par exemple, les changements dans les conditions extrêmes.

Couverture géographique

Canada, provinces et territoires

Unité de mesure

Pourcentage ou nombre

Calculs

L’indicateur est dérivé en divisant le nombre d’organisation municipales qui ont pris en considération l’adaptation aux changements climatiques dans leur processus décisionnel par le nombre total de ce type d’organisation.

Commentaires et limites

Les estimations pour 2018 ne sont peut-être pas comparables à celles pour 2016 en raison d’une amélioration de la couverture et des définitions ainsi que des changements dans la méthodologie d’enquête.

Retour en haut